Mythography of memory

 

 

Working with a variety of mediums, such as found objects, transformed objects, installations, drawing, and painting, Naomi Middelmann explores the process in which we remember things and the subjectivity of those memories depending on context. Middelmann says: “ I am interested in how we assemble and disassemble our memories depending on who we are talking to and the context in which we remember things. Remembering is not a process that gets us from point a to point z, but rather a process in which we imagine, we tell stories, we construct and deconstruct in order to make sense of who we are.” Her interest in the ambiguity of perception and in what we think we know, as well as  in how artists can contribute to scientific study on perception and  understanding the creative process  have led her to actively collaborate and design research projects with various leading neuroscientists at top universities.

​​

Born in Switzerland, Middelmann moved to New York when she was 16. After earning a degree in Creative writing and International Relations from Johns Hopkins University (with a 4 year scholarship for Outstanding Academic achievement), she worked in publishing. She chose to return to Europe and earned a postgraduate degree in visual arts from the Visual Art School in Basel in 2009.

​​

Since graduating from art school late 2009, her work and process has been shown in over 50 solo and group shows in galleries and art fairs in Europe, USA and Switzerland. Her work is featured in public and major private collections in Switzerland, Europe and the USA.

Mythographie de la mémoire

Nous savons maintenant que nos souvenirs ne sont pas  des choses rigides ou fixes, mais quelque chose qui est transformé, désassemblé, et rassemblé, chaque fois que nous essayons de nous souvenir de quelque chose. Oliver Sacks, Neurologue. 

 Juxtapositions de transparence, textures, gestes, formes et traces de couleur sur plexiglass ou toiles brut explorent  la question de la mémoire. Comment est ce que nous nous représentons ce que nous pensons savoir et pensons avoir en mémoire? 

Rien n’est figé, tout est aléatoire comme peut l’être la mémoire. Nos souvenirs peuvent être racontés et remémorés à l’infini selon le point de départ de notre récit. 
Entre le tracé organique et les surfaces planes colorées, on peut aussi y voir une évocation de la cartographie et un clin d’œil à l’histoire des migrations.

Mon intérêt pour les questions de la perception et de la question du processus artistique m'a amené à collaborer activement sur des projets de recherche avec des neuroscientifiques aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse. Par ailleurs, j'ai donné une conférence en 2015 avec le chef de Neurologie du HUG et des professeurs de l’UNIL en neurosciences. En 2016, je fus invité à donner une conférence lors d'une Journée d'Etudes organisée par la SIKISEA au Musée de Pully.  En amont d'APERTI 2017, j'ai présenté une conférence au Palais de Rumine à Lausanne. Une nouvelle série de conférences est prévue fin 2018 en Allemagne et  aux Etats Unis.

Née en Suisse, j'ai déménagé à New York à l’âge de 16 ans. Après avoir obtenu un Bachelor en écriture créatif et relations internationales de la prestigieuse université Johns Hopkins, j'ai lancé une maison d’édition avec un ami à New York. Revenue en Suisse j'ai obtenu un diplôme postgrade en arts visuels du Visual Art School de Bâle en 2009.

Depuis 2009, mon travail et processus a été présenté dans plus de 40 expositions dans des galeries et foires d’art en Europe, Suisse et USA. Mes oeuvres sont dans des collections publiques et privés aux USA, en Europe et Suisse.

Elle est membre de l’Association Artiste suisse, VISARTE, et membre du comité APERTI.

​© 2023 by STREET LIFE. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Clean
  • Instagram Clean